A propos de rigueur et de réformes… mon exposé de soutenance

Titre

J’ai soutenu ma thèse le 24 novembre 2015, devant un jury composé de M. Pascal Ory (directeur de thèse, université Paris 1), Alain Chatriot (Sciences-Po), Nicolas Hatzfeld (université d’Evry), Michel Margairaz (université Paris 1), Michel Pigenet (université Paris 1) et Paul-André Rosental (Sciences-Po).

Il me semble adéquat de commencer ce carnet avec mon exposé ci-dessous mon exposé de thèse, tel que je l’ai présenté devant le jury le jour dit.

 

M. le président, MM. les membres du Jury,

 

La thèse de doctorat d’histoire que j’ai l’honneur et le plaisir de défendre aujourd’hui s’intitule « La rigueur et les réformes. Histoire des politiques du travail et de l’emploi du gouvernement Mauroy, 1981-1984 ». Avant toute chose, je tiens à vous remercier d’avoir accepté de lire et de discuter ce travail. Je remercie bien sûr M. le professeur Pascal Ory pour avoir accepté de le diriger et pour m’avoir suivi durant ces longues années. Je remercie bien sûr également celles et ceux qui me font l’amitié de venir aujourd’hui.

I. Présentation de l’objet et problématique

Au départ de cette thèse, il y avait l’ambition de faire l’histoire de la gauche au pouvoir dans la première moitié des années 1980, afin d’explorer ce que la pratique du pouvoir avait fait à la gauche de gouvernement. Je voulais pour cela utiliser les politiques du travail et de l’emploi comme un observatoire permettant de scruter les transformations de la gauche de gouvernement entre 1981 et 1986, en incluant donc le gouvernement Fabius dans l’analyse. Je voulais étudier cette période en trois temps, d’abord l’élaboration du programme de réforme socialiste durant les années 1970, ensuite son application, y compris au niveau local, et enfin la façon dont le pouvoir socialiste a fait face à l’épuisement de ce programme à partir du « tournant de la rigueur » et jusqu’aux législatives de 1986.

Disons-le d’emblée, ce programme ambitieux n’a pu être tenu complètement, et les résultats que je vous présente aujourd’hui sont d’une ampleur plus modeste. Après avoir pourtant commencé à dépouiller des archives correspondant à la période 1984-1986, j’ai du me résoudre à la délaisser pour me concentrer sur les deux premiers moments des trois que je viens d’évoquer : à savoir l’élaboration des programmes de réforme dans les années 1970, puis leur application sous le gouvernement Mauroy. Les jeux d’échelle imaginés au départ n’ont pas pu être menés à bien, malgré quelques coups de sonde dans les archives départementales. Le résultat final est donc, de ce point de vue, éloigné de l’intention initiale et indubitablement plus modeste.

Autre élément inattendu, la place accordée à la rigueur au sein de cette thèse. Qu’elle figure en si bonne place dans le titre n’était pas du tout prévu. Elle longtemps restée pour moi un objet second, précisément circonscrit chronologiquement. C’était un temps spécifique de la grille d’analyse ternaire évoquée plus haut. Elle venait dans mon esprit après les réformes menées durant l’année 1981-1982. Ce n’est en fait que relativement récemment que j’ai pris la décision lui donner autant d’importance, convaincu qu’il fallait en priorité insister sur la présence aux plus hauts sommets de l’État, dès le mois de mai 1981, d’un état d’esprit très modéré, bien éloigné de toute exaltation maximaliste. Cet état d’esprit s’est traduit dans une vague de réformes sociales en définitive très prudentes. Connait-on ainsi suffisamment la toute première déclaration de Pierre Mauroy effectuée sur le perron de Matignon ? Dès le 21 mai 1981, le nouveau Premier ministre explique que son gouvernement sera celui de « la rigueur et de l’imagination ». Dès l’origine, il veut marier ambition sociale et réalisme économique, et cette conviction ne se désarmera pas jusqu’en 1984, même si l’équilibre entre ces deux éléments changea profondément dans l’intervalle.

Si certains résultats obtenus ont ainsi été quelque peu surprenants, en revanche la méthode suivie correspond peu ou prou au protocole mis en place dès l’année de mon master 2, que j’avais consacré aux lois Auroux. Deux éléments centraux ont à mes yeux toujours été très importants : les milieux et les réseaux d’acteurs d’une part, et d’autre part les cultures politiques. L’histoire que j’ai voulu écrire est donc autant une histoire politique qu’une histoire sociale. Les politiques publiques menées durant ces trois années ont en effet pour beaucoup d’entre elles été élaborées dans des milieux spécifiques, à la croisée du politique et de la technocratie d’État. Les acteurs principaux de cette histoire sont ainsi des hauts fonctionnaires de centre-gauche, politiquement proches des idées de ce que Michel Rocard baptisa lui-même de « deuxième gauche », et sur le plan syndical gravitant autour de l’astre que représentait la CFDT. Pour expliquer leur action entre 1981 et 1984, il fallait déterminer d’où ils venaient, et donc élargir le cadre chronologique de mon étude, en remontant au moins aux années 1970, décennie durant laquelle, au sein du Commissariat général du plan et du ministère du Travail, de multiples plans de réforme furent mis au point. C’est donc ce à quoi je me suis attaché.

II. Stratégie de recherche et structure du manuscrit

Le choix de mes sources découle largement de cette focalisation sur ces hauts fonctionnaires du social. La matière première centrale de mon travail a en effet été, d’abord et avant tout, les archives témoignant de l’action de ces experts, au sein des différents cabinets ministériels en charge du secteur social, comme dans les organismes d’expertise d’État, tel que le Commissariat général du Plan. Certes, il y a des lacunes importantes dans les versements. C’est ainsi qu’il n’existe pas, à mon grand regret, de fonds Auroux permettant d’examiner vraiment de près quelle fut l’action du maire de Roanne à la tête du ministère du Travail entre 1981 et 1983. Il n’empêche, les archives ne manquent pas : elles sont même surabondantes, comme souvent lorsqu’il s’agit d’étudier les périodes les plus récentes. Les deux fonds Mauroy, celui des Archives nationales, comme celui conservé à la Fondation Jean-Jaurès, sont d’une inestimable richesse : ce sont eux qui forment la colonne vertébrale de mon travail, avec le fonds Bérégovoy et le fonds Mitterrand des Archives nationales. Outre les archives ministérielles, j’ai également beaucoup utilisé les archives issues des organisations syndicales et patronales. Pour les syndicats, j’ai pu profiter de la très large ouverture et de la richesse des archives de la CFDT et de la CGT. Elles permettent ainsi de plonger en détail dans leurs conceptions et dans leur stratégie. Pour le patronat, j’ai pu contourner la fermeture des fonds officiels du CNPF en dépouillant le fonds Chotard des Archives nationales, qui donne accès de manière très étendue à l’action de celui qui était alors le vice-président du CNPF en charge des questions sociales. Précision indispensable : je ne prétends pas avoir vu toutes les archives disponibles  cela était tout simplement impossible, au vu de leur ampleur. Il y a donc forcément des lacunes dans mon travail.

Le recours aux témoignages, oraux ou écrits, a également été une pièce très importante dans l’élaboration de la présente thèse, pour saisir les représentations que les acteurs ont eu de leur propre action. Certains entretiens ont été passionnants et ont été beaucoup utilisés. Les entretiens n’occupent pas cependant une position centrale dans mes sources, au contraire des thèses de science politique et de sociologie qui ont déjà été consacrées à des sujets très proches du mien. Il y a pour cela une raison conjoncturelle, liée aux difficultés rencontrées lorsqu’il s’agit de retenir l’attention des hommes ou de femmes de pouvoir à propos d’événements vieux de trente ans. Il y a également une raison liée à la pauvreté des discussions menées, ce qui a pu hélas arriver. Il y a enfin et surtout une raison de fond, qui tient à l’importance des phénomènes de reconstruction a posteriori. Les récits recueillis viennent parfois brouiller le fil des événements, et sur certains points conduisent franchement à tromper le chercheur. Sans les rejeter complètement, il ne faut donc pas se tromper sur ce qu’ils peuvent apporter. Ils donnent accès aux représentations, pas aux faits. Ce constat est en soi assez banal, mais trop de travaux accordent encore une confiance excessive dans les témoignages d’un nombre trop limité d’acteurs politiques de premier plan.

Ces objectifs scientifiques et l’utilisation de ces sources m’ont conduit à structurer mon travail en trois parties. La première, relativement brève par rapport aux deux autres, rend compte de la rupture qu’a constituée l’élection de François Mitterrand du point de vue politique et du point de vue social. Elle s’attache notamment à prouver l’existence du réseau de technocrates réformateurs que je viens d’évoquer, réseau occupant une place centrale dans l’expertise d’État au cours des années 1970 et qui parvient aux postes clé du pouvoir à la faveur de l’alternance.

La deuxième partie constitue le cœur de mon travail : à travers l’étude de trois grands chantiers (la réduction de la durée du travail, l’abaissement de l’âge de la retraite et la modification du code du travail dans le sens d’une démocratisation), j’ai voulu replacer l’action politique du gouvernement dans une durée moyenne, en remontant aux débats des années 1970, pour montrer quelles étaient les filiations dans lesquelles les réformes de 1981-1982 se sont inscrites.

Enfin, la troisième partie se consacre à l’effort de gestion déployé par le gouvernement Mauroy à partir du début 1982. Il s’agit pour moi de montrer que la place de plus en plus grande prise par l’impératif de rigueur a conduit le gouvernement Mauroy à ne plus faire de la lutte contre le chômage qu’une priorité secondaire, le moment de bascule étant l’abandon de l’horizon des 35 heures en avril 1982. Les problématiques financières liées au comblement du déficit de l’assurance-chômage et de l’assurance-vieillesse témoignent aussi de ce changement. Désormais, l’objectif principal n’est plus la construction du progrès social ni la lutte contre le chômage : il est simplement de limiter les dégâts sociaux de l’assainissement économique que le gouvernement veut mener. Après à peine un an de pouvoir, le social est devenu secondaire, et le désarroi des gouvernants est grand : ils n’ont tout simplement plus de grand dessein ni de recette pour lutter contre le chômage. Ils en sont réduits à gérer au jour le jour, sans direction très claire.

III. Quelques résultats et perspectives futures de recherche

 

J’en viens maintenant aux principaux résultats de mon travail, et aux perspectives futures que ceux-ci me semblent ouvrir.

1) D’abord, du strict point de vue des faits, il me semble qu’il faut définitivement abandonner la « vulgate » dépeignant le premier septennat de François Mitterrand comme ayant été le théâtre d’un virage à 180 degrés, la politique de 1983 tournant résolument le dos à celle de 1981, et plus largement aux programmes des années 1970. Cette idée de « tournant » existe en deux versions, la première saluant la prise de conscience des socialistes quant aux réalités économiques, la seconde fustigeant le reniement des promesses de 1981, la rigueur étant alors vue comme un synonyme de conversion des socialistes français au néolibéralisme. Ces deux visions opposées mais jumelles sont pareillement trompeuses, car elles surestiment aussi bien la rupture qu’a représenté 1981 que le contenu réel de la rigueur. Replacer les projets réformateurs socialistes en moyenne période permet de ne pas surestimer le virage à gauche du congrès de Metz, lequel apparaît avec le recul comme conjoncturel et passager. Finalement, la politique suivie par Pierre Mauroy n’a pas été si éloignée de ce que le PS proposait en 1975-1977. Par ailleurs, le gouvernement d’union de la gauche a repris beaucoup des projets élaborés au sein des administrations au sein des années 1970. Les lois Auroux sont ainsi le résultat d’un projet moderniste mûri au moins depuis les années où Jacques Delors était conseiller social de Jacques Chaban-Delmas. Elles sont au fond assez proches du rapport Sudreau commandé par Valéry Giscard d’Estaing après son élection. La retraite à 60 ans vient rendre plus claire une situation où la plupart des salariés n’attendait plus depuis longtemps l’âge légal de 65 ans pour cesser leur activité, en raison du recours massif aux préretraites. Pour situer l’état du débat en 1981, VGE avait proposé lors de sa campagne électorale d’abaisser à 58 ans l’âge de la préretraite ! L’abaissement de la durée hebdomadaire du travail concrétise enfin toute une série de travaux macroéconomiques menés au sein du Plan et de l’INSEE, tandis que le gouvernement Barre lui-même avait suscité, dès 1978, des négociations sur le thème du temps de travail.

Les changements dans la politique économique et sociale survenus à partir de 1982-1983 doivent aussi être reconsidérés. D’abord du point de vue chronologique : je ne suis pas le premier à le dire, mais il faut cesser d’associer la rigueur à l’année 1983. Si tournant il y eut, il fut pris au cours du premier semestre 1982, les deux décisions centrales étant à mes yeux l’abandon de la marche vers les 35 heures décidé en avril, et le blocage des prix et des salaires mis en place en juin. À partir de là, la lutte contre le chômage a cessé d’être la priorité du gouvernement, remplacée par la lutte contre l’inflation. Il ne faut pas cependant se méprendre sur le sens de cette inflexion : il ne s’agit pas alors d’une conversion au néolibéralisme. L’épisode n’est bien sur pas vécu comme tel par les acteurs, et surtout on ne retrouve pas dans les archives d’élément véritablement convaincant inclinant à adopter cette thèse. Les gouvernants, dans leur ensemble, ne sont pas séduits par le néolibéralisme. Ce qui domine est plutôt le désarroi et le sentiment d’impuissance face à l’absence de résultats sur le front du chômage. Il est ainsi possible de montrer qu’en mars 1984 Pierre Bérégovoy se retrouve dans une impasse intellectuelle et politique : il est alors désespérément à la recherche de solutions nouvelles, qu’il n’a à cette date pas encore trouvées. Cela ne veut pas dire non plus que le grand courant d’air néolibéral n’ait pas atteint la gauche française dans les années 1980, mais à mon sens il y a là un chantier de recherche qu’il faudrait reprendre de plus près, car il est encombré de mythes et de prénotions. Il faudrait notamment distinguer ce qui a trait à l’opportunisme politique (la volonté de surfer sur un certain air du temps) des changements réels dans les politiques suivies, et des transformations dans les cultures politiques socialistes. Il faudrait également, mieux que ce que j’ai pu faire, montrer quels ont été les relais sociaux et intellectuels du néolibéralisme, notamment dans le patronat. Par ailleurs, il faudrait examiner de plus près la fabrique des politiques économiques, en dépouillant les archives du ministère de l’Économie. Enfin, l’accès aux archives du Secrétariat général de l’Élysée serait également de mon point de vue une avancée majeure, car se limiter aux dossiers des simples conseillers conduit à adopter les œillères découlant de la façon très cloisonnée dont fonctionnait la présidence de la République sous François Mitterrand. Il y a donc encore beaucoup à faire.

2) Le deuxième point que je voudrais aborder ici concerne les cultures politiques présentes au sein de la gauche française, et leur rapport avec l’appareil technocratique d’État. L’approche en termes de culture politique a été une clé de lecture que j’ai appliquée tout au long de ce travail, parce qu’elle me semble permettre de comprendre les différences et les tensions existant au sein de la gauche, et au-delà les variations dans les politiques suivies. Au moins deux grandes conceptions des réformes sociales à mener ont cohabité au sein du parti socialiste des années 1970, les différences s’exacerbant à la fin de la décennie. Ces différences portaient principalement sur la confiance mise dans l’État pour piloter les réformes, et sur la place à accorder aux partenaires sociaux. Pour schématiser, la première gauche insistait surtout sur l’efficacité du rôle de l’État, et sur le rôle d’entrainement du secteur public, alors que la seconde privilégiait la négociation sociale. Toutes deux étaient attachées au progrès social, mais elles n’entendaient pas y parvenir tout à fait de la même manière ni à la même vitesse, ce qui explique la majeure partie des débats ayant eu lieu au sein de la gauche au cours de la période, et ce qui explique aussi bien des différences existant entre les projets socialistes publiés autour du congrès de Metz et les réalisations de l’après 1981.

Il est également remarquable que chacune de ces deux gauches n’ait pas eu le même succès auprès de la haute administration. Il a existé, au sein des ministères sociaux de l’époque, toute une génération d’experts séduits par la CFDT, par Michel Rocard et par Jacques Delors, et qui avaient bien des similitudes avec un certain gaullisme social à la Jacques Chaban-Delmas et à la Robert Boulin. D’une certaine manière, ils en ont prit le relais. Ils constituèrent une force décisive parfois (je pense aux lois Auroux), mais pas toujours suffisante pour renverser les rapports de force internes à la gauche, où ils étaient malgré tout minoritaires. Ces experts « deuxième gauche », même s’ils ne sont pas toujours parvenus à emporter la partie, ont en tout cas été dominants dans bien des domaines. On ne retrouve pas en revanche une population d’experts « première gauche » équivalente. Notons que le constat serait sans doute différent dans le domaine de l’expertise strictement économique, où les rapports de force ont été bien différents. Pourquoi la deuxième gauche a-t-elle eu donc plus de succès que la première parmi l’élite du social ? Mon hypothèse de base est qu’il y avait des atomes crochus entre la façon dont les hauts fonctionnaires du social se représentaient le rôle de l’État dans les relations professionnelles, et celle qui dominait au sein de la deuxième gauche.

3) Le troisième point que je voudrais évoquer est en lien direct avec le précédent, et a trait au fonctionnement du système de relations professionnelles français. De manière paradoxale, la conviction que l’État intervient trop est largement répandue dans les élites du social : elle est même une idée omniprésente. L’objectif est alors de mettre en place les conditions d’autonomie de la négociation sociale par rapport à l’État. Il y a là, me semble-t-il, un héritage républicain de longue durée, qui ne doit donc pas prioritairement être interprété comme le témoignage d’une volonté de « désengagement » de l’État ou la preuve de la montée irrésistible du néolibéralisme, mais plutôt comme la manifestation d’une culture politique (et juridique) profondément ancrée dans la haute administration française. Pour cette dernière, l’intervention de l’État dans les relations sociales n’est au fond légitime que pour mettre en place les conditions d’une non-intervention future. Il y aurait ici un chantier d’étude à mener plus avant, pour étudier comment les conceptions des hauts fonctionnaires français en charge du social se sont élaborées et se sont transmises, de génération en génération, au cours du XXe siècle, et notamment pourquoi elles ont eu un tel succès au sein de la deuxième gauche. Les résonnances de mon sujet avec l’actualité sociale récente, et notamment avec le rapport Combrexelle, sont trop fortes pour qu’il y ait là un hasard. On retrouve en effet dans ce dernier rapport les mêmes conceptions qu’il y avait dans le rapport Auroux de 1981. Comment apprend-on le social à Sciences-Po et à l’ENA depuis 1945 ? Quels modèles y sont-ils défendu ? Voilà un sujet qu’il faudrait creuser.

L’action du gouvernement Mauroy en matière de relations sociales apparait ainsi comme un moment particulier dans un mouvement de plus longue durée. Certaines impulsions lancées alors connaissent encore aujourd’hui des prolongements : je pense ainsi à la tentative de renforcer la représentativité des organisations syndicales, en l’adossant aux résultats obtenus lors des élections professionnelles. L’ordonnance sur les 39 heures et les lois Auroux ont impulsé des changements qui sur le moment n’ont pas connu de suite, mais dont on retrouve l’esprit dans la loi de 2008 sur la représentativité syndicale. La continuité républicaine, encore !

 

Je conclurais cet exposé en disant que mon ambition a d’abord été d’écrire une histoire qui tienne à distance les multiples mythes politiques attachés à cette période. Sans doute n’est-il pas possible de s’en débarrasser totalement. Le déferlement éditorial qui vient de commencer, en rapport avec le centenaire de la naissance de François Mitterrand, le démontre amplement. Il n’est cependant pas obligatoire d’en être dupe.

Je vous remercie de votre attention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *