Réponse de Clément Lacombe et Tristan Dessert à propos de leur documentaire Le Tournant. Quand la gauche a cessé de rêver

[La publication de mon billet précédent, qui portait sur le documentaire des journalistes Clément Lacombe et Tristan Dessert, a suscité de leur part une longue réponse envoyée par mail. Je leur ai proposé de la publier sur ce carnet, ce qu’ils ont accepté, moyennant quelques aménagements. La voici donc. MT]

Merci d’avoir pris le temps de regarder notre documentaire télévisé et d’avoir donné votre sentiment suite à sa diffusion. Dans l’exercice de notre métier, nous sommes en permanence en quête de retour critiques – que ce soit ceux de simples lecteurs/téléspectateurs, de spécialistes (académiques ou pas) de la question, de confrères, de praticiens, d’acteurs des événements, etc. Et nous nous réjouissons toujours quand c’est le cas, car, au-delà de nourrir le débat, cela doit permettre de sans cesse nous améliorer. Car nous croyons fermement que la certitude est l’ennemi du journalisme et qu’au contraire le doute permanent est son allié. Bref, tout cela pour dire que votre critique était la bienvenue. Certaines de vos remarques nous semblent totalement justifiées, d’autres moins, d’autres pas.

Voici quelques éléments de réponse à votre message.

Vous écrivez : « Pour résumer le propos des réalisateurs, la gauche aurait d’abord appliqué une généreuse et insouciante politique de cigale, pour finir par se ranger, rattrapée par la réalité, du côté des fourmis (je reprends ici une image présente dans une archive télévisée utilisée dans le documentaire). L’idée de virage à 180 degrés structure en effet le film tout entier. » Nous pensons que vous simplifiez un peu trop notre « propos » – même si jamais nous n’aurions jamais osé utiliser un tel mot pour qualifier notre film. Le virage que nous pointons, il nous semble, est aussi, et avant tout, le décalage entre l’espoir suscité par l’élection de Mitterrand de mener une politique économique différente de l’austérité de Barre et la désillusion/résignation qui s’en suivra. C’est cette idée qui structure notre film, depuis son sous-titre (« quand la gauche a cessé de rêver ») jusqu’aux propos de conclusion. La métaphore de la cigale et de la fourmi est certes exprimée dans une archive, mais elle ne saurait résumer l’ensemble du film, en particulier parce qu’elle implique une connotation morale ou un jugement de valeur qui n’est pas notre propos.

Passons ensuite sur la description que vous faites chapitre par chapitre de notre film.

Notons tout d’abord que le chapitre 2 n’est pas que « la contrepartie de cette sympathique mais dangereuse orgie de naïveté » comme vous l’écrivez. (Au passage : jamais, très loin de là même, la voix off n’a de propos aussi condescendants que votre phrase ne semble le dire.) La voix off, comme les témoignages des intervenants (Fabius, Attali, Fiterman notamment), soulignent bien les avancées qu’ont représentées ces premières de 81-82. Ce chapitre 2 pointe surtout, en plus des conséquences de la relance, les débats à l’intérieur du gouvernement et de la technostructure dès l’investiture. En clair, il ne suit pas le chapitre 1 dans la chronologie, il se passe parallèlement au chapitre 2. C’est un contraste, un procédé narratif assez classique en journalisme, mais aussi au cinéma ou en littérature – nous reviendrons plus tard sur les exigences propres à notre métier.

Entrons ensuite dans le cœur de votre critique. Vous écrivez que nous aurions repris « sans distance une « vulgate » depuis longtemps remise en question par les historiens ayant travaillé sur les archives de la période, mais qui traîne encore et toujours dans les récits (journalistiques la plupart du temps, mais aussi dans certains ouvrages de synthèses rédigés par des historiens) de la période. » Et de citer Michel Margairaz : « Une vulgate, élaborée dès 1983 et répétée depuis lors par divers auteurs et les principaux médias, indique que l’on serait passé d’une relance irréaliste en 1981-1982 à une gestion plus raisonnable à partir de 1983. » Votre critique repose donc sur deux points.

D’abord, nous aurions validé la thèse de « l’incurie insouciante des premiers temps ». Vous écrivez sur ce sujet que « la politique économique mise sur pied au printemps 1981 n’a pas eu le caractère d’une relance débridée et sans contrôle ». Nous vous le concédons volontiers, oui, nous aurions peut-être pu faire preuve de davantage de nuance. Vous rappelez que la relance n’a représenté que 1 point de PIB, ce qui est peu par rapport à la relance Chirac de 1975 – vous auriez pu citer aussi de la relance Sarkozy de 2009, plus importante elle aussi (1,8 point de PIB)… C’est vrai. Mais pour minorer la portée de votre argument, rappelons aussi que la relance Chirac a eu lieu en période de récession et de crise mondiale (post choc pétrolier de 73), d’où le besoin conjoncturel de frapper fort, le B.A.-ba de la politique contra-cyclique – comme en 2009 d’ailleurs avec les subprimes. Mais pour une période « calme » comme l’était 1981 (c’est certes le contre-choc pétrolier mais la croissance tournait alors autour de 1,5% et nous étions alors loin de la récession de 74-75), la taille de cette relance reste conséquente. Vous expliquez ensuite que la hausse des allocations sociales est moins spectaculaire si l’on prend en compte l’inflation à deux chiffres – c’est vrai, mais notez quand même qu’une hausse réelle (défalquée de l’inflation) à presque deux chiffres ferait rêver beaucoup de monde aujourd’hui, dans ce monde où le smic n’est revalorisé qu’à hauteur du taux d’inflation (quasi nul en plus, ce qui ne laisse même pas la légère satisfaction née de l’illusion de la hausse du revenu nominal). Nous parlons à quelques reprises de l’inflation dans notre documentaire, mais effectivement sans la mettre en regard de la hausse des allocations sociales. A vrai dire, nous aurions voulu aborder davantage la question de l’inflation dans le film, car c’était une question majeure à l’époque et la baisse de l’inflation est à mettre au crédit du gouvernement socialiste. Nous avons finalement fait le choix (à contrecœur) de ne pas traiter ce sujet pour simplifier le récit – nous allons revenir très vite dans notre réponse sur ce besoin de simplification.

Ensuite, vous expliquez que les finances publiques avaient de la marge et que les déficits sont restés contenus sous les 3%. C’est vrai encore une fois (d’ailleurs c’est à cette époque que la barre des 3%, pas encore une règle européenne, a été érigée en objectif politique), mais le déficit en ratio de PIB a bien, pour autant, été multiplié par six comme la voix off le dit dans le film. Vous ne le faites que peu, mais vous auriez pu aussi insister sur la contrainte extérieure, on pense à l’effet négatif des révolutions conservatrices aux USA et au UK sur l’économie mondiale, ou à l’erreur des prévisionnistes qui s’attendaient à une forte hausse de la croissance mondiale en 1982 ce qui aurait rendu les choses différentes (c’est l’argument souvent avancé par FX Stasse). Toutes ces critiques sont fondées, c’est vrai, avec les nuances évoquées ci-dessus.

Mais opposons deux choses à cette première critique. D’abord que la France a vécu à ce moment-là, plutôt qu’une crise de finances publiques qui aurait été provoquée par cette « relance débridée » (votre expression), une crise monétaire, alimentée par les déficits jumeaux et les sorties de capitaux (et initiée par la non action de Barre face aux fuites de capitaux au lendemain du 10 mai 81, ce que nous expliquons dans le film). Et que c’est cette crise monétaire et ses conséquences – chute massive des réserves de change… – qui ont beaucoup poussé à insister davantage sur les grands équilibres après la première dévaluation de l’automne 81 (il nous semble, mais peut-être à tort, que nous développons cela assez longuement dans le documentaire). Mais oui, nous aurions pu introduire davantage de nuance. Nous ne l’avons pas fait – et encore une fois, peut-être est-ce une erreur – en raison du deuxième argument que nous souhaitons vous opposer. Peut-être ne va-t-il pas vous sembler recevable mais il est inhérent à notre métier, essentiel même.

Ce que nous faisons s’adresse au plus grand nombre, il nous faut donc toujours simplifier. Même pour un documentaire sur Public Sénat, le contrat initial est d’être accessible à absolument tout le monde, même à ceux qui ne connaissent rien au sujet. Or, nous avons déjà abordé beaucoup de sujets techniques – vous conviendrez que parler de réserves de changes dans un documentaire télévisé n’est pas chose courante, beaucoup ont d’ailleurs crié au fou quand nous avons présenté notre projet. Et introduire encore plus de nuance que nous ne l’avons fait – et nous estimons en avoir introduit beaucoup, avoir fait quelque chose de très exigeant et de parfaitement honnête intellectuellement – c’est introduire encore davantage de complexité. D’où le choix de ne guère évoquer l’inflation par exemple, ou de faire certaines ellipses pour clarifier le récit et aller à l’essentiel.

Personne n’est jamais obligé de regarder un documentaire, un reportage ou de lire un article de presse. C’est un temps de loisir, de curiosité, de culture, d’information, il nous faut donc « piquer » sans cesse l’intérêt du téléspectateur. D’où les procédés stylistiques, le ton, les choix en termes d’image, le rythme des archives, le récit, la retranscription d’émotions, la narration d’histoires personnelles ou de scénettes, l’humour, les sons de l’époque, tout ce qui est déployé pour sans cesse garder l’intérêt. D’où aussi le besoin impérieux de ne pas perdre trop de monde en allant trop dans le détail. C’est ainsi : le chercheur s’adresse avant tout à ses pairs, qui font leur travail en s’intéressant à sa production ; le journaliste s’adresse avant tout à tout le monde, et personne n’a obligation de le lire ou de regarder sa production (heureusement, nous direz-vous peut-être). C’est ainsi, d’ailleurs le mot « vulgate » que vous employez partage les mêmes racines qu’un mot qui n’a rien de péjoratif dans notre métier, bien au contraire nous le revendiquons : vulgarisation.

Par ailleurs, vous notez vous-même que le documentaire ne fait que 52 minutes, ce qui est déjà un format peu courant pour un documentaire politique sur un sujet aussi précis. C’est limité pour faire passer plein d’idées – et encore une fois tout en racontant une histoire accessible pour qui n’y connaît rien et en étant le plus honnête intellectuellement. Pour vous donner un ordre de grandeur, la retranscription écrite de la voix off, des archives et des propos tenus par les personnes interviewés fait 45 000 signes ; le texte que vous avez écrit sur notre documentaire fait déjà 20 000 signes. Bref, un film documentaire ne peut pas être l’équivalent d’une thèse universitaire, ce n’est pas sa vocation. Nous faisons un travail différent ! En comparaison, le film paraîtra toujours trop simplifié, trop imprécis. Mais il sera aussi plus accessible.

Abordons maintenant la deuxième grande critique que vous nous adressez : « Il faut abandonner l’idée d’un tournant brusque, d’un virage à 180 degrés. » Nous avons plutôt le sentiment d’avoir expliqué combien le virage a été progressif, notamment avec la longue genèse des mesures de juin 1982 et la portée (notamment symbolique) du blocage des prix et des salaires de juin 1982. Cette critique nous étonne d’autant que, plus tard, vous écrivez que : « Le moment décisif se situe en juin 1982, ce dernier épisode est presque davantage mis en valeur que 1983, ce qui est un choix que je trouve judicieux. »

Vous écrivez par la suite que « précisément, les deux réalisateurs du Tournant se sont faits embarquer par le discours de Michel Rocard ». Et plus tard : « La place donnée à Michel Rocard m’apparaît plus problématique. » En clair, que nous nous serions laissés prendre par la reconstruction a posteriori de l’événement par les tenants de la deuxième gauche. Nous n’avons pas ce sentiment, encore une fois peut-être à tort. Car justement Michel Rocard ne nous semble pas être présent outre mesure, il n’apparaît que quatre fois :

– d’abord, pour raconter l’épisode où il réclame la dévaluation à Mauroy le 21 mai 1981 et où il est lui-même acteur.

– Ensuite pour évoquer le budget de 1982 et dire qu’il ne sera pas signé par Delors. Cela aurait pu être dit par n’importe qui d’autre (d’autres nous en ont parlé), un autre témoin ou la voix off.

– Puis à un moment où on aborde la relation de Mitterrand avec l’économie et où il raconte une conversation particulière avec Mitterrand.

– Enfin une quatrième fois à la toute fin du film quand on l’interroge sur la relation de la gauche avec l’économie de marché.

Chaque personne interrogée dans le film donne sa version de l’histoire. Parfois, les versions se recoupent, parfois non. Dans ce cas, le montage souligne les différences de points de vue et permet à chacun de s’exprimer. Certains acteurs interrogés se livrent même à quelques batailles à fleuret moucheté… Nous n’avons pas eu le sentiment de privilégier un point de vue sur un autre.

Vous ne l’évoquez pas dans votre commentaire, mais certains intervenant dans notre documentaire semblent dénoncer – à notre sens – ce qui ressemble à cette reconstruction a posteriori des années 1981-1982 par la deuxième gauche. Comme Jacques Attali : « Je suis contre cette, ce vocabulaire idéologique du tournant. Il y aurait eu un tournant à droite si on avait renoncé aux nationalisations, et aux réformes sociales, il y aurait eu un tournant à gauche si on avait… était parti du SME, socialisme dans un seul pays etc. Non on est resté au milieu et si on continue sur la métaphore de la route, il n’y a ni tournant à gauche du tournant à droite il y a un coup de frein, un troisième coup de frein. Qui nous mène sur une vitesse de croisière toujours en ligne droite. » Ou plus loin : « C’eut été une trahison si on avait privatisé ou si on avait renoncé aux droits sociaux aux réforme de droit social énorme qu’on avait fait sur les conditions de travail sur l’hygiène sur la sécurité sur le droit des syndicats sur la retraite on n’a renoncé à rien, absolument rien, donc c’est pas une trahison. » Même chose pour Laurent Fabius : « Mais enfin beaucoup de choses ont été faites. Quand vous additionnez : l’abolition de la peine de mort, la décentralisation, les lois Auroux, les augmentations dont je vous ai parlé des prestations, les nationalisations, etc. »

Vous estimez ensuite que l’on ne se distancie pas assez des propos des interviewés. Nous voulons bien entendre votre critique. Nous avions plutôt eu le sentiment de les avoir poussé dans leurs retranchements. Lors du déroulé des entretiens, où on ne leur a rien laissé passer. Mais aussi dans le montage. En montrant sans fards leurs contradictions.

Cependant, oui, vous avez parfaitement raison quand vous écrivez que ces personnes reconstruisent a posteriori l’histoire. Qu’ils peuvent être désespérants car ils « se soucient moins de raconter ce qu’ils ont vu ou ce qu’ils ont fait, que d’être eux-mêmes leurs propres historiens ».

Ce qui est selon vous « le problème central de ce documentaire » car il est « tout entier centré sur la parole d’un petit nombre d’acteurs de la période, sans contrepoint externe pour contextualiser cette parole ». La voix off normalement joue ce rôle de contextualisation, le montage permet, nous l’avons-dit, de soulever certaines contradictions ou différences de points de vue. Mais comme expliqué plus haut, un documentaire télévisé de 52’ ne peut viser à l’exhaustivité. Il y a forcément des partis-pris. Le nôtre était de faire raconter ce moment de notre histoire politique par ceux qui l’ont vécu.

Pour être tout à fait transparent, nous estimons qu’il nous manque trois intervenants dans ce documentaire :

– JP Chevènement, qui n’a pas souhaité participer et nous le regrettons car son analyse manque et déséquilibre, effectivement, les prises de parole au détriment des tenants de « l’autre politique ».

– Un économiste académique spécialiste de la période pour contextualiser et expliquer. Nous avions fait cette interview mais nous avons dû la couper au montage faute de temps disponible.

– Un historien. Car oui, nous connaissions les travaux dont vous parlez, nous en avons lu certains, nous avons aussi rencontré des historiens lors des travaux préparatoires à notre documentaire (pour info, ce documentaire diffusé en octobre 2016 découle d’un article paru dans Le Point en décembre 2014). Un historien était bien prévu au casting. Mais que son agenda ne lui a finalement pas permis de participer au documentaire.

Il faut aussi savoir qu’un film documentaire, c’est énormément de frais (60 kg de matériel, quatre caméras, plus d’une heure de préparation pour installer les plateaux), pour un budget forcément limité. Et donc seulement quelques jours (huit jours en l’espèce) où il faut concentrer tout à la fois toutes les interviews ainsi que le tournage des différents plans d’illustrations, autant vous dire un agenda qui supporte difficilement le moindre contretemps. Et la nécessité souvent de faire des choix difficiles, forcément imparfaits, mais qui sont indispensables à la réalisation du projet.

Nous vous laissons la responsabilité de vos propos concernant la présence de tel ou tel intervenant ; on ne peut pas plaire à tout le monde, et c’est tant mieux. Pour notre part, nous avons choisi nos intervenants en équilibrant les points de vue, les types de récit (plus technique, plus anecdotique, vu de l’intérieur ou de l’extérieur…), en tenant compte des contraintes évoquées plus haut. Avec toujours la volonté de faire un travail équilibré et mesuré.

En conclusion, notons que notre ambition avec ce film était moins de faire un panorama exhaustif de la politique économique de cette période, mais de faire un récit politique symptomatique de la gauche au pouvoir, régulièrement condamnée à exercer le pouvoir en naviguant entre les immenses espoirs portés par ses électeurs et les extrêmes difficultés de gouverner. Et donc souvent condamnée à décevoir – propos bien résumé par Pascal Lamy à la fin du documentaire. Nul jugement moral ou politique à ce propos, mais un simple constat. Pour paraphraser une grande entreprise, nous ne faisons que du journalisme et nous le faisons bien. Ou tout au moins, nous tentons de le faire bien. Après, libre à chacun de juger si cela a été bien fait ou pas, l’avantage avec notre profession c’est que tout le monde est légitime à porter une appréciation sur le travail effectué (et souvent personne ne s’en prive, certains de nos confrères le regrettent, certainement pas nous). Nous n’avons surtout pas la prétention de faire autre chose que du journalisme, et surtout pas de l’histoire si c’est cela votre crainte.

Clément Lacombe et Tristan Dessert


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *