Archives par mot-clé : Delebarre

Sur la loi El Khomri (3) : comment être ministre du Travail, socialiste et (presque) béotien

Les dernières semaines ont vu émerger, parmi tous ceux relatifs à la loi Travail, un débat annexe ou secondaire :  la ministre Myriam El Khomri serait-elle à la hauteur ? L’épisode de son « malaise » ou « accident domestique », selon les versions, a donné lieu à des torrents de commentaires sur sa fragilité supposée (le député socialiste Yann Galut s’est ainsi demandé si la ministre « était vraiment taillée pour le job »). Cela a suscité en réaction de virulentes protestations contre le machisme de bien des propos tenus à cette occasion.

À trente-quatre ans de distance, cet épisode résonne fortement avec l’accueil réservé en son temps au ministre du Travail du gouvernement Mauroyvlcsnap-2016-03-08-15h13m41s329, Jean Auroux. Ce dernier partageait en tout cas deux des caractéristiques de sa lointaine suivante, puisqu’il était jeune (il avait lui aussi 38 ans lorsqu’il est devenu ministre du Travail) et inconnu (« Jean qui ? », titra méchamment Libération à l’annonce de sa nomination[1]).

Deux parcours d’étoiles montantes de la politique

Chacun à leur manière, Jean Auroux et Myriam El Khomri incarnent également les filières de promotion politique privilégiées au sein du PS de leur époque respective. Myriam El Khomri a commencé comme collaboratrice de la municipalité socialiste de Paris, avant de devenir adjointe au maire en 2008 puis de prendre du galon en étant porte-parole d’Anne Hidalgo lors des élections municipales de 2014. Elle illustre ainsi le rôle de pépinière privilégiée du pouvoir socialiste qu’a pu jouer la municipalité parisienne au cours des années 2000. Quant à Jean Auroux, il a fait partie de la jeune génération d’élus locaux socialistes qui a profité de la montée en puissance de la gauche aux élections locales à la fin des années 1970. Professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement technique, il est élu conseiller général en 1976, maire puis député de Roanne (en 1977 et 1978 respectivement). Aucun des deux n’est donc un poids lourd du PS.

Comme Myriam El Khomri, Jean Auroux a lui aussi été en butte à un procès en illégitimité, parce qu’il ne connaissait rien à son ministère avant d’en prendre la tête. Myriam El Khomri a été adjointe au maire de Paris chargée de la protection de l’enfance puis de la sécurité, et est d’abord entrée au gouvernement comme Secrétaire d’État à la Politique de la ville. Outre ses fonctions d’élu local, Jean Auroux avait quant à lui été Délégué national du PS au Logement… autant dire que rien ne les prédisposaient à entamer le chantier de la réforme du travail. Si Myriam El Khomri a de ce fait connu des débuts pour le moins difficiles (on se souvient du calamiteux épisode de l’interview chez Bourdin), ce fut également le cas pour Jean Auroux. Pour preuve, voici un petit extrait d’un ouvrage consacré à Martine Aubry (qui a été un membre clé du cabinet d’Auroux) :

« C’était affligeant, se souvient l’un des membres de son cabinet. Il confondait profit et chiffre d’affaires, investissement et amortissement. Il a fallu tout reprendre à zéro. Il a fini par s’y mettre, mais si on lui avait proposé de mettre en place la cogestion, il aurait dit oui »

Et les auteurs de cet ouvrage de raconter que le nouveau ministre, le matin d’un rendez-vous important avec le président de la République à propos des 39 heures, avait oublié de se réveiller et avait été tiré de son lit par son directeur de cabinet[2]… Le propre directeur de cabinet de Pierre Mauroy, l’inspecteur des Finances Robert Lion, écrivit même une note au vitriol à destination du Premier ministre, dans laquelle il fustigea la « faiblesse » et « l’inconsistance » du ministre du Travail, déplorant les « propos consternants » que cette situation suscitait au CNPF et à la CGT… Seulement quatre mois après la formation du premier gouvernement Mauroy, il recommanda de changer de ministre le plus vite possible[3].

Le ministère du Travail, ministère secondaire

Pierre Mauroy ne suivit pas son directeur de cabinet. Jean Auroux échappa donc sur le moment à la sentence, mais sa trajectoire au sein du gouvernement ne cessa de décliner. Très vite dépouillé d’une partie puis de la totalité de la politique de l’emploi, en butte au leadership affirmé de Matignon dans le dossier de la réduction de la durée du travail il ne fut bientôt (en juillet 1982) plus que ministre délégué chargé du Travail, pour finalement rétrograder au rang de Secrétaire d’État chargé de l’Énergie en mars 1983, alors même qu’il avait mené à bien le chantier délicat de la mise en place des droits nouveaux des travailleurs en faisant voter les lois qui portent désormais son nom.

Par la suite, jusqu’en juillet 1984, il n’y eut même plus de ministre du Travail ! Pierre Bérégovoy, ministre des Affaires sociales, en assura les fonctions sans en porter le titre, et sans se consacrer en priorité à ce domaine. A la formation du gouvernement Fabius en 1984, il obtint, à défaut de Matignon qu’il convoitait, l’Économie et les Finances. Le Travail échut quant à lui de nouveau à un autre trentenaire inconnu, Michel Delebarre, qui avait succédé en 1982 à Robert Lion au poste de directeur de cabinet de Pierre Mauroy.

On retrouve des échos à ces vicissitudes aujourd’hui. En 2012, le ministre du Travail du gouvernement Ayrault était Michel Sapin, un proche du président de la République, à la fois très expérimenté et qui compte à l’intérieur du PS. Le ministère du Travail apparaît  donc avoir du poids. En 2014, le poste échoit cependant à François Rebsamen, acteur politique de premier plan lui aussi (il a été président du groupe PS du Sénat),  mais qui de notoriété publique aurait préféré l’Intérieur. À la tête de son ministère, il ne se distingue pas vraiment par sa connaissance des dossiers (même s’il a en son temps beaucoup moins été en butte aux lazzis que la ministre actuelle), et finalement il l’abandonne sans regrets en août 2015 pour revenir à Dijon. C’est alors que Myriam El Khomri est promue à la surprise générale.

Ces trajectoires parallèles illustrent bien, à mon sens, l’évolution des priorités du pouvoir socialiste au fil des années. Confier le ministère du Travail à des seconds couteaux témoigne de ce qu’il n’est pas considéré comme prioritaire. Sur un plan plus général, tout cela illustre peut-être aussi et surtout le caractère dominé du ministère du Travail par rapport au ministère de l’Économie et des Finances. C’est dans ce dernier qu’il faut être pour peser vraiment, et c’est bien pour cela que Pierre Bérégovoy et Michel Sapin l’ont rejoint après avoir eu en charge le domaine du travail.

Illustration : capture d’écran du journal de la mi-journée d’Antenne 2, 13 mai 1982

[1] 27-28 mai 1981.

[2] Paul Burel et Natacha Tatu, Martine Aubry : enquête sur une énigme politique, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p. 84‑85.

[3] FJJ-CAS fonds Mauroy, note de Robert Lion à Pierre Mauroy, 20 septembre 1981.